• Auprès de moi toujours, Kazuo Ishiguro

     

    Titre : Auprès de moi toujours

     

    Auteur : Kazuo Ishiguro (Prix Nobel de littérature en 2017)

     

    Année de parution : 2005

     

    Edition : Folio

     

    Nombre de pages : 441

     

    Note : 3/5

     

     

    De quoi ça parle ?

     

     

    Kath, Ruth et Tommy ont été élèves à Hailsham dans les années quatre-vingt-dix; une école idyllique dans la campagne anglaise, où les enfants étaient élevés dans l'idée que leur bien-être personnel était essentiel à la société. Mais pour quelles raisons les avait-on réunis là? Quel était leur rôle à jouer dans cette société et pourquoi tant de mystères? Des années plus tard, Kath retrace le récit de ces années et, au travers de ses souvenirs, parfois frangmentaires ou flous, tente de donner un sens à son expérience.

     

     

    Critique :

     

    J'ai été quelque peu déçue par ma lecture. Tout d'abord parce que j'ai été induite en erreur par un résumé qui ne correspond pas vraiment au texte lui-même. Mais aussi à cause de l'écriture, très particulière et qui ne se prête pas toujours bien au genre de l'anticipation dont fait partie ce roman.

     

    Le récit est parfois confus, en désordre. Ishiguro travaille beaucoup, à travers son écriture, sur la mémoire. Ses récits à la première personne sont faits par des narrateurs qui tentent de reconstituer leur passé en dépit de leurs souvenirs lacunaires, parfois déformés. Adieu l'histoire chronologique, lisse, où tout est expliqué dans l'ordre. Bonjour les flous, les digressions, les imprécisions. Pour faire ce récit de sa vie, la narratrice suit le fil de ses pensées, fait des allusions au présent sans avoir explicité des situations passées, conduisant à une impression de chaos. En effet, Ishiguro oublie, selon moi, de poser les bases élémentaires à la compréhension du contexte.

     

    Je trouve bien entendu ce travail extrêmement intéressant d'un point de vue littéraire. Ici, cependant, se pose un problème. Ce roman est une sorte de récit d'anticipation. Comme tout texte de ce genre, l'auteur a créé ses propres concepts. Or, puisque ceux-ci sont évidents pour la narratrice, ils ne sont explicités que trop tard dans le récit. Pour être plus précise, pendant plus de la moitié du livre, le lecteur ne sait pas vraiment qui sont ces enfants, pourquoi ils sont là, comment ils sont arrivés dans l'école. Cela a rendu ma lecture un peu fastidieuse et frustrante puisque la résolution de tous ces mystères n'arrive qu'en toute fin du roman, empêchant donc l'immersion dans l'univers qu'Ishiguro dépeint.

     

    Toutefois, la réflexion sous-jacente que l'auteur propose quant à l'utilisation des êtres humains ou encore la pédagogie chez l'enfant, reste très intéressante.

     

    Si j'ai été parfois réticente au mystère créé par l'écriture d'Ishiguro, j'ai suffisamment apprécié ma lecture pour vouloir découvrir d'autres de ses romans, dans des univers historiques, peut-être moins difficiles à cerner dès le départ.

     

     

     Charlotte.

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :