• L'encrier

    Perdu, au fond d'un lit, entre trois oreillers,
    Perdre, au fond d'une vie, entre quelques pensées,
    L'ocre du soir dans les fleurs du matin,
    L'encre de soi dans les traits d'un dessin.
     
    Commencer par la pluie qui coule sur le corps
    Comme le triste alcool dans l'ivrogne ivre mort,
    Effacer son visage avec les gouttes,
    Abîmer la feuille, mon corps, mes doutes.
     
    Tremper la plume encor dans l'abîme de soi,
    Blanchir la feuille morne de ternes éclats,
    Tailler du vide tiré du néant,
    Fixer ses larmes ; mourir par fragments.
     
    La plume délaissée, les papiers en morceaux,
    Les ruines de moi-même sous un soir nouveau,
    Dans les draps déchirés, en feu, en flammes,
    Renverser l'encrier ; je noie mon âme !
     
    - William Rouached, le 21/01

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :