• La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert, "un livre qu'on regrette d'avoir terminé"*


    Titre: La Vérité sur l'affaire Harry Quebert

    Auteur: Joël Dicker

    Edition: De Fallois/L'âge d'Homme

    Nombre de pages : 855 (en format poche)

    Résumé: À New York, au printemps 2008, alors que l’Amérique bruisse des prémices de l’élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente : il est incapable d’écrire le nouveau roman qu’il doit remettre à son éditeur d’ici quelques mois.

    Le délai est près d’expirer quand soudain tout bascule pour lui  : son ami et ancien professeur d’université, Harry Quebert, l’un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d’avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille avec qui il aurait eu une liaison. Convaincu de l’innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événe- ments : l’enquête s’enfonce et il fait l’objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d’écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s’est-il passé dans le New Hampshire à l’été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ?

    Ma critique: Ce livre? Une perfection. J'ai dévoré ce pavé en l'espace de deux jours! Ce livre est original tant par son scénario que par son écriture.

    Un rythme incroyable y est tenu malgré l'épaisseur du livre. Pour ma part, je pense que cela vient en partie du fait que l'auteur mélange présent, flash-backs, correspondance, extraits de livres fictifs,... ce qui dynamise le roman.

    Ce livre, c'est l'histoire d'un écrivain en quête d'inspiration, d'une disparition non-élucidée, de romances enterrées,... C'est une histoire vieille de 33 ans qui est aujourd'hui déterrée et vu par le biais d'une "nouvelle" génération.

    Mais ce qui m'a aussi beaucoup impressionnée dans ce livre c'est le personnage de Nola qui, malgré qu'elle soit décédée, continue de paraître vivante aux yeux du lecteur. Ce personnage se décline au fur et à mesure du livre en une multitude de personnages : une femme, une adolescente, une schizophrène, une enfant battue, une jeune fille modèle, une prédatrice sexuelle, une victime, une coupable,....Et c'est ce que j'admire dans ce livre : ces innombrables facettes qui sont décrites et qui attisent la curiosité du lecteur, façonnent finalement plus ou oins la personne qu'est réellement Nola Kellergan.

    J'ai aussi adoré le scénario, labyrinthique mais captivant. e suspense est au rendez-vous! les nombreux rebondissements permettent au lecteur de s'intéresser pleinement à tous les personnages du roman.

    Pour conclure cette critique, je citerais une réplique d'Harry Quebert à la fin du livre :

    "Environ une demi-seconde après avoir terminé votre livre, après en avoir lu le dernier mot, le lecteur doit se sentir envahi d'un sentiment puissant; pendant un instant, il ne doit plus penser qu'à ce qu'il vient de lire, regarder la couverture et sourire avec une pointe de tristesse parce que les personnages vont lui manquer. Un bon livre, Marcus, est un livre  que l'on regrette d'avoir terminé."

    Ma note: La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert, "un livre qu'on regrette d'avoir terminé"*(citation de Joël Dicker)

    Retrouvez l'interview de l'auteur, dans la rubrique Secrets d'auteurs 

    * Citation de Joël Dicker


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Nawel
    Vendredi 20 Mars 2015 à 17:35

    Salut !


    Je suis tombée par hasard sur ce blog, mais je tiens à dire que j'ai adoré La Vérité sur L'Affaire Harry Quebert ! C'est un livre que l'on m'avait conseillé, puis prêté. Je l'ai dévoré pendant les vacances d'été, à la plage. Après avoir découvert le véritable scénario de l'assassinat de Nola, j'ai relu plusieurs passages pour réellement comprendre le livre et l'auteur. Et je trouve que c'est là la force de Joël Dicker : son histoire n'est pas cousue de fils blancs, elle nous tient en haleine tout au long des 800 pages. Et il y a tellement de rebondissements qu'une fois la vérité révélée, on se demande si le livre est réellement fini, si ce n'est pas une énième fausse piste sur laquelle nous entraine l'auteur.

    2
    Vendredi 3 Avril 2015 à 17:17

    Tout à fait d'accord avec ton analyse :)

    J'avoue l'avoir lu en deux jours tellement il était génial!!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :