• Sauvage de C. Vidal-Naquet

    Sauvage de C. Vidal-NaquetTitre : Sauvage

    Réalisateur : Camille Vidal-Naquet

    Sortie en salles : 29 août 2018

    Durée : 1h39

    Mention : Interdit aux moins de 16 ans

     

    Synopsis (source Allociné)

     Léo, 22 ans, se vend dans la rue pour un peu d’argent. Les hommes défilent. Lui reste là, en quête d’amour. Il ignore de quoi demain sera fait. Il s’élance dans les rues. Son cœur bat fort.

     

    Critique

     Un ami, avec qui je suis allé voir le film, avait peur que Sauvage soit une espèce de remake un peu plus trash des Parisiens d'Olivier Py. Fort heureusement, ça n'a pas du tout été le cas. Sauvage est unique et se suffit à lui-même, c'est un film solitaire, hors du temps et des repères, un peu comme son personnage principal (dont on prendra note que le prénom – Léo – fait étymologiquement allusion au leo, au lion latin). D'un point de vue personnel, j'aurais pensé que le film serait plus riche, plus « épais », qu'il ferait intervenir d'autres personnages principaux, d'autres fils conducteurs. En cela, il est donc possible de rester sur sa faim après le clap de fin. Mais d'un autre côté, c'est cette focalisation exacerbée sur un personnage, une histoire, qui donne toute sa force au film. Camille Vidal-Naquet parvient à donner un poids, une gravité à des scènes triviales ou anodines, par des plans crus ou au contraire elliptiques, de même que le jeu d'acteur excellent de Félix Maritaud (déjà présent dans 120 Battements par minute) résulte en des scènes tantôt touchantes, tantôt terrifiantes. Un rythme infernal et répétitif s'inscrit peu à peu, et le spectateur, la boule au ventre, regarde avec impuissance ce personnage à la fois commun et extraordinaire revenir à la charge vers ce qui le détruit. Plusieurs fois, les larmes me sont montées aux yeux, et pas toujours au moment où je m'y attendais. Quoi qu'il en soit, Sauvage reste un bon film qui met en lumière une réalité assez peu représentée ou bourrée de préjugés – la prostitution masculine, et plus encore celle de la rue, celle des hommes sans le sou obligés de se vendre pour ne pas mourir. Un film qui ébranle et qui n'attend que d'être apprivoisé (ou pas).

     

    Citation

     « - … Mais vous n'avez pas envie d'autre chose ?

    - Bah non, pourquoi j'aurais envie d'autre chose ? »

     

    Note: 

    Sauvage de C. Vidal-Naquet/5

     

    Guéric.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :