• Tête-à-tête avec La Reine du Sud de Perez-Reverte !

    Tête-à-tête avec La Reine du Sud de Perez-Reverte !

     

    La Reine du Sud

    Arturo PEREZ-REVERTE

     

    Nombre de pages : 522

     

     

    Résumé

     

    Arturo Perez-Reverte est un ancien reporter de guerre converti depuis une trentaine d’années aux romans. Connu pour son genre particulier, à mi-chemin entre le policier et historique, beaucoup de ses œuvres sont devenues des best-sellers. La Reine du Sud en fait partie, et a été adapté au petit écran. 

     

    C’est l’histoire de Teresa Mendoza, jeune mexicaine, dont le fiancé, narcotrafiquant dans les airs, se fait descendre par son patron. Dans ce monde, on tue le traitre mais aussi sa famille, et Teresa doit fuir, au Maroc puis en Espagne. C’est là qu’elle deviendra, après de longues pérégrinations qui la conduiront sur le bateau d’un passeur de haschich jusqu’en prison, à devenir une des narcotrafiquantes les plus efficaces et redoutées de sa génération. 

     

    Perez-Reverte développe cette histoire comme une biographie : les étapes de la vie de Mendoza sont interrompues par les rencontres fictives du narrateur avec des personnages qui l’éclairent sur le passé de celle qu’on appelle la Reine du Sud. 

     

     

    Critique

     

    Perez-Reverte a toujours su créer des personnages qui nous font tomber amoureux. Même pour une narcotrafiquante en fuite. On rencontre Teresa alors que le Güero, son fiancé, vient de se faire descendre. Au Mexique, quand on tue, on le fait bien, et on ne laisse aucun témoin. Par miracle, ou pense-t-on sur le moment, Teresa y échappe. Ses bourreaux la laissent partir. Une erreur, puisqu’elle deviendra la Reine du Sud, la narcotrafiquante la plus puissante sur les mers, et causera leur perte. 

     

    Avec un talent fou, l’écrivain fait passer Teresa du statut de victime à celui de puissance. On ne se rend même pas compte de l’achèvement de cette transformation, ou même de son commencement. A-t-elle toujours été cette femme bien habillée, cachée derrière ses lunettes noires et la fumée de sa cigarette, insensible à la peur, au bonheur aussi ? Ou alors, comme il le dit si bien, en a-t-elle tellement bavé que la vie lui devait quelque chose en rétribution, et lui a donné le succès ? 

     

    La fin est belle. Teresa n’a jamais voulu se venger, n’en a jamais parlé. Elle le fera pourtant, dans les dernières pages, sans qu’on voit ça comme une vengeance, plutôt comme un paiement, une certaine symétrie dans son histoire. 

     

    Teresa se dédouble au fil des pages, et survit dans un monde d’hommes. Elle devient riche, belle, puissante, redoutée, aimée. Sa vie ne nous fait pas envie. Peut-être parce que tout du long, dans ses mots à lui, si soigneusement choisis, Perez-Reverte nous rappelle que c’est surtout une femme triste. Si Teresa existait vraiment, ce livre lui rendrait un sacré hommage. 

     

     

    Citation

     

    « Peut-être que c’est ça la vie, et qu’on respire, marche, s’agite seulement pour, un jour, regarder derrière soi et se voir là-bas. Pour se reconnaître dans les morts successives, les siennes et celles des autres, auxquelles vous condamnent chacun de vos pas. »

     

     La Reine du Sud sur Amazon

    Marie

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :